Accompagnement à domicile : la tentation du super-héros

Photo by Luke Jones on Unsplash
Pourquoi tenons-nous absolument à comparer les personnes qui interviennent auprès de nos aînés aux super-héros?

Les professionnels du domicile eux-mêmes tendent à utiliser l’image de la cape de super-héros et s’attribuent cette posture de sauveur car « sans nous les bénéficiaires ne pourraient pas rester à domicile ». Des structures surfent sur cette comparaison pour recruter ces héros qui aimeraient « être utiles, rendre service, faire du bien à leurs semblables ».

Est-ce vraiment un service à rendre aux bénéficiaires que de confondre vocation, engagement, supers pouvoirs et métiers d’aide à domicile ?

Les métiers du « prendre soin » seraient des métiers de vocation… je l’entends comme : des métiers que l’on ne peut pas faire de force et qui nécessitent d’en avoir envie, d’être motivés !

Assurément, il y a une part de vérité dans cette vocation de super-héros, mais est-ce la voie à suivre pour favoriser la qualité de l’accompagnement ? qui rêve d’être un super héros ? qui rêve d’être accompagné par un super héros ?

Les bénéficiaires préféreraient bien souvent ne pas avoir besoin d’aide et d’accompagnement. Des qualités humaines sont nécessaires pour entrer en contact avec eux, se faire apprivoiser … mais pour autant s’agit-il de supers pouvoirs?

Les métiers de l’accompagnement nécessitent des qualités professionnelles : le respect des bonnes pratiques, des gestes professionnels, la bonne utilisation des matériels, la capacité à rendre des comptes, à respecter son champ de compétence, le champ de compétence des autres professionnels …. mais pas seulement !… L’accompagnement à domicile exige aussi des qualités d’empathie, de service, de disponibilité, d’écoute. Le bon fonctionnement de la « relation d’aide » bénéficiaire – professionnel passe par une bonne organisation et de la considération.

Mais à y regarder de plus près, le plus urgent n’est-il pas de répondre aux besoins relationnels et émotionnels des bénéficiaires ? Pour cela, prenons les moyens d’honorer les besoins relationnels et émotionnels des professionnels du domicile.

Il n’y a pas d’accompagnant surhumain, juste des aidants accompagnés, formés et outillés.

Alors, fini les invisibles, fini les super héros et place à la formation qui rassure, permet la cohérence ; place au respect ; bienvenu à l’innovation qui permettent de valoriser la relation !